A l'occasion de l'Aid-al-Adha (fête du sacrifice) du vendredi 27 novembre 2009

Publié le par aema

           Le 27 novembre 2009, les musulmans du monde ont fêté l’Aid al-Adha (fête du sacrifice). Par cet événement, c’est l’ensemble de la communauté musulmane à travers la planète qui se remémore la tradition du Prophète Ibrahim au moment où celui-ci répondant à l’appel divin devait sacrifier son fils Ismaïl (avec le large consentement de ce dernier) pour démontrer que l’amour qu’il pouvait avoir à l’égard de son fils unique ne saurait surpasser l’amour vis-à-vis de celui qui lui a offert la vie et la voie de la rectitude. Et au moment de s’exécuter, l’Infiniment Bon intervient en disant à Ibrahim qu’il [Ibrahim]  venait de passer avec succès la plus dure des épreuves. Le Prophète sacrifia alors en lieu et place de son fils un mouton offert par Dieu. C’est cet événement mais surtout cet état d’esprit que les musulmans du globe reproduisent par leur geste une fois l’an. L’amour à l’égard du Créateur ne saurait être dépassé ni même égalé même par les êtres les plus proches de nos cœurs. Car c’est justement ce Créateur infiniment miséricordieux qui offre à la proximité de nos cœurs les êtres qui nous inondent de joie et injectent dans notre sang chaque jour tant d’énergie. Néanmoins, cet amour vis-à-vis de Dieu perdrait vite de ses couleurs s’il n’était pas accompagné de l’amour des hommes. Car l’amour de Dieu exige la bonté et la fraternité à l’endroit de son semblable. L’amour de Dieu est déjà une preuve de l’amour des hommes.
             Le repas organisé par l’Association des Etudiants Musulmans d’Aix en Provence le mardi 1er décembre 2009 à cette occasion, se voulait avant tout un symbole mettant la fraternité au centre, et disant à tous les étudiants loin de leurs patries, de leurs familles, de leurs amis, qu’il y aura toujours des êtres sur votre chemin qui vous rappelleront que vous n’êtes pas seuls, que vos familles et vos amis ne sont peut être pas aussi éloignés que vous le pensez…
              Enfin, l’AEMA espère que cette fête qui se veut à la fois une fête de la fraternité, de la famille, de l’amour et des enfants, aura fait entrer de la joie dans chaque demeure et dans chaque cœur !
 
Par l’AEMA,
LE 2 DECEMBRE 2009

Publié dans Archives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article