La dérive extrémiste de Ni putes ni soumises

Publié le par aema

Par ALLAIN JULES, vendredi 12 février 2010 à 16:40


La France est devenue en l’espace de deux ans, un vrai lupanar. C’est chacun qui, pour un oui ou pour un non, se lance dans des débats hypocrites, sans objet, pour faire parler de soi. Ainsi, au nom de la laïcité, encore faut-il savoir ce que c’est, Ni putes ni soumises veut porter plainte contre le NPA (Nouveau parti anticapitaliste) pour port d’un…foulard. Il fallait oser. On se demande bien sur quelle base juridique. Est-ce simplement, encore, une instrumentalisation du pouvoir en place ? « J’ai beaucoup de tristesse de voir huit ans de ma vie réduits à mon foulard, j’ai beaucoup de tristesse d’entendre que ma croyance personnelle est un danger pour les autres alors que je prône l’amitié, le respect, la tolérance, la solidarité et l’égalité pour tous les êtres humains. » a déclaré la jeune française, Ilhem Moussaïd, « l’objet du délit ». Peut-être que si son foulard blanc était estampillé Dior, Chanel, Prada, Dolce Gabanna et tutti quanti, même comme c’est « incompatible » avec des anticapitalistes, ça passerait plus facilement.

Ah, les beaux discours ! Tiens, soutenons donc ces jeunes iraniennes courageuses, ouvertes, musulmanes, voilées, telle l’icône de la révolution verte, Neda. Nous sommes loin de la France, à Téhéran, en Iran. Puis, près d’ici, en PACA (Province Alpes Côte d’Azur) une jeune française, engagée, voilée, ouverte, féministe aussi, mais là, ça ne passe plus. Plaît-il ? La révolution c’est les autres ? Ilhem Moussaïd serait un danger pour la République ? C’est là, une réhabilitation de la synecdoque, la plus grosse escroquerie républicaine balancée par les « NiNi », nom affectueux pour les croqueuses de diamants qui vivent gracieusement de l’argent public sans savoir quel est réellement leur rôle sociétal. Après son coup d’éclat devant Solférino, siège du Parti socialiste pour lui demander de s’aligner sur une voie qui n’est pas la sienne en acceptant une loi contre le voile intégral, NPNS récidive cette fois-ci, avec un effet d’annonce ridicule et abscons.

Elle n’a rien demandé à personne cette jeune fille. Elle ne se cache même pas, côtoie des hommes et des femmes dans sa cité du Vaucluse et milite au NPA du facteur le plus célèbre de France et de Navarre, Olivier Besancenot. Mais, la jeune, est donc la victime expiatoire des femmes libérées, abonnées à Marie Claire qui, dans le NouvelObs ne lisent que… »Bretécher » BHL et ses aventures botuliciennes, font un caca nerveux seulement sur le NPA. Les extrémistes ne sont finalement pas ceux que l’on croit. NPNS vient de s’inscrire en beauté dans la droite ligne de l’extrême-droite la plus nauséabonde que même le FN (Front national) n’avait jamais osé ce type d’action. Est-ce ainsi qu’on se débarrasse du diable supposé? Comment cette association peut oser porter plainte contre le NPA et épargner le Front national, un parti anti-républicain et xénophobe ? Pourquoi laisser le PS qui a une élue voilée à la Municipalité de Creil, dans l’Oise, 6-0, Maïmouna Mbaye, malgré les élucubrations de la n°1 du Politburo ? Et, à Echirolles, dans l’Isère, 3-8, siège bien aussi, au Conseil municipal de la Mairie PC, la jeune Besma Mechta. De qui se moque-t-on ? Qu’elles aillent donc au bout de leur logique morbide de défense des valeurs de la République. C’est ça la démocratie cachée sous le voile obscurantiste de la pseudo défense des filles à l’insu de leur plein gré ? Où est le dialogue cher à la démocratie, au vivre ensemble ? On est là, dans un marigot d’incongruité et une hypocrisie abyssale.

Quand la débilité rencontre l’opportunisme béat guidé par de bas instincts liés à l’argent et à la gloriole, le cocktail est toujours explosif. Les cerveaux tourneboulés, la réflexion dans les chaussettes. Que c’est dur de dépendre des autres ! Triste aussi de ne pouvoir vivre que de viatiques car, ça ne vous permet jamais d’être vous-même. Faut-il rappeler aux Ni putes ni soumises, à Isabelle Adjani et son discours anti-burqa, Fadela Amara et compagnie, que, leur propension à fustiger sélectivement « les banlieues » avec leur habituelle indignation à sens unique est risible ? Pire, de voir que les NPNS sombrent dans une hystérie dogmatique et procédurière fait peur. Que l’ex association de gauche pète les ridelles et lève les amarres pour foncer vers l’UMP, c’est son problème. Mais, de continuer son pseudo-combat pour les filles dont on ne voit les effets nulle part que dans les médias où elles exhibent leur sourire ultra brite, de grâce, qu’elles fichent la paix à cette jeune fille et au NPA. L’action que veulent mener les NPNS contre le NPA clarifie au moins une chose: une volonté crasse de fustiger et de continuer à parader dans les médias, tout en tentant de démontrer qu’une femme voilée, issue de la même immigration qu’elles (la plupart des NPNS sont d’origine maghrébine), ne peut s’intégrer, est brimée par on ne sait qui etc. Or, les exemples de Maïmouna et de Besma qu’elles taisent, les disqualifient. Aujourd’hui, celui médiatique de Ilhem sur lequel elles veulent surfer, leur pose un problème existentiel. NPNS, c’est une escroquerie.

Vouloir faire croire aux non-initiés que le voile est un déni de démocratie est un acte dictatorial. Et pourtant, quand on voit toutes ces femmes battues, ces filles violées ici et là, ces mères réduites en esclavage, ces prostituées victimes des maquereaux les plus cruels qui soient, et que dans ces combats-là, point de NPNS, il y a de quoi sourire. Pour elles, le combat, suprême celui-là, est de calquer les autres, de nier sa culture. Encore une fois, sans être pro-voile, ici, c’est la méthode de cette association inutile qu’il faut fustiger. Les pasionarias de la nouvelle féminité bien-pensante et extrémiste, pire que des chiennes enragées, nous jouent la symphonie du tissu qui dépasse. Mais, de quel droit peut-on demander aux uns et aux autres de s’habiller « convenablement » ? La France est-elle devenue une équipe de football qui a l’obligation d’avoir le même maillot ? Dans quel délire va-t-on ? NPNS aiment bien communiquer sur les autres mais, personne ne sait réellement où va tout l’argent qu’on leur verse si ce n’est, il semblerait -le conditionnel s’imposant-, de renflouer leur compte en banque… Pour information au Gouvernement et à ses affidés qui noient le poisson avec une lecture biaisée de la loi de 1905, la laïcité c’est aussi: les préceptes moraux de la religion ne sont ni imposés ni combattus par la puissance publique. Et enfin, la liberté de conscience et de culte fait partie des libertés publiques sans distinction entre les cultes reconnus et d’autres non reconnus. Alors, mêlez-vous de vos affaires, de votre plateforme d’accueil gracieusement financée même par des cigarettiers (capture d’écran en dessous), alors que vous vendez sans vergogne, à 1 euro pièce, le « Guide du Respect » au lieu de le distribuer…

http://leflingueur.lejdd.fr/2010/02/12/123-la-derive-extremiste-de-ni-putes-ni-soumises


Publié dans Débats actuels

Commenter cet article