Compte-rendu du voyage au Mali dans le cadre de l'action : "un puits au Mali"

Publié le par aema

Synthèse du séjour effectué par l’Association des Etudiants Musulmans d’Aix-en-Provence à Bamako (Mali) du 27 février 2007 au 6 mars 2007

 

   Historique du Projet :


Depuis sa création en novembre 2003, l’Association des Etudiants Musulmans d’Aix-en-Provence (AEMA) a régulièrement fait appel au Secours Islamique (SI) pour l’organisation de ses différentes activités. Ainsi, chaque année, des membres du Secours islamique intervenaient lors des débats sur des thèmes humanitaires organisés par l’association. Un travail de partenariat riche et régulier a donc été mis en place entre les deux structures.

 

C’est dans le cadre de ce partenariat que l’idée de la construction des puits au Mali a pris jour. En effet, à la fin du mois de mai 2006, l’AEMA avait organisé la projection d’un film sur la pauvreté en Afrique suivi d’un débat. A cette occasion, deux membres du SI qui revenaient d’une mission humanitaire au Niger avaient fait le déplacement pour témoigner de la situation dramatique dans laquelle certains pays se trouvaient. C’est à la fin du débat portant sur le problème crucial que constituait le manque d’eau dans différents pays d’Afrique que l’idée de lancer l’opération « Un puits pour le Mali » a vu le jour. L’objectif était de récolter la somme de 5000 euros qui correspondait au financement de la construction d’un puits au Mali sous l’égide du Secours islamique.


Al HamduliLAH, l’engouement pour cette activité s’est très vite fait sentir et en l’espace de quelques semaines, la totalité de la somme initiale avait été récoltée par les différents membres et sympathisants de l’association. Mieux encore, au bout de deux mois, nous avions, grâce à Dieu, récolté plus de 10 000 euros grâce au don de 5000 euros effectué par un frère. Suite à tous ces efforts, nous avions aussi envisagé de nous déplacer sur place, une fois les puits construits, pour assister à l’inauguration de ces deux puits. Cette idée nous avait été proposée par M. Al Wardi et M. Ben Slimane lors du lancement de l’opération.

 


Déroulement de la mission :

          

          9 mois plus tard, et après quelques difficultés que nous évoquerons ci-après, le séjour au Mali débute. Trois membres de l’association font le déplacement : THANOON Aladin (donateur), BOUADAR Fouad (donateur) et ENNASRI Nabil ancien président de l’AEMA. L’objectif du séjour était, bien sûr, l’inauguration des deux puits, mais également de faire un tour d’horizon des différents projets que le SI mettait en place au Mali. Il s’agissait aussi, pour les membres de l’association, de réaliser des reportages photos et vidéos dans le but d’en faire un compte-rendu et de le diffuser auprès des différents donateurs.

 

En guise de remarques introductives, nous devons d’abord mentionner que la mission humanitaire que nous avons réalisé en collaboration avec le Secours islamique fut une grande réussite et nous remercions l’ensemble du personnel pour leur accueil, leur disponibilité et leur dévouement. Qu’ALLAH ST les récompense pour tous les efforts déployés et qu’IL accepte cette maigre contribution de notre part car elle LUI est sincèrement et exclusivement dédiée.

 

Durant les deux premiers jours du séjour, nous sommes restés à Bamako et nous avons visité un orphelinat. Nous nous sommes également rendus auprès d’associations de veuves et d’orphelins. Ces deux premiers jours nous ont permis de nous rendre compte combien la misère au Mali était grande et combien le travail des associations humanitaires, au premier rang desquels le Secours islamique, était impérieux. Nous avons ainsi pu constater les ravages liés à la pauvreté de la population, au manque d’eau et de nourriture, à l’insalubrité des habitations, et à l’effet des épidémies telles que le Sida et le Paludisme. 

 

Lors du troisième jour, nous nous sommes déplacés dans la région de Ouéléssébougou, à une centaine de kilomètres au sud de Bamako. C’est dans cette région que le SI concentre une bonne partie de ses acticités notamment concernant le creusement de puits. C’est donc dans ce Mali profond peuplé de nombreux villages traditionnels africains et où les habitants manquent de tout que nous avons pu participer à l’inauguration de plusieurs puits dont les deux que l’association avait financé.

 

A chaque fois, nous étions accueillis par une cérémonie traditionnelle avec en prime, la découverte du folklore local. Cet accueil festif nous donnait d’emblée à voir combien les habitants étaient heureux de nous recevoir. Mais le point commun de toutes ces inaugurations et l’essentiel de notre mission était là : constater combien la population souffrait du manque d’eau et par la même occasion voir quelles étaient les effets positifs de la construction des puits. Lors de notre arrivée au village où le puits Al Baraka a été construit et après la cérémonie d’accueil, le chef du village a pris la parole. Lors de son intervention, il a exposé les bienfaits résultant de la disponibilité d’une eau potable au village ; ainsi, le puits a permis à la population, et notamment aux femmes, d’avoir un accès direct à une eau potable et d’écourter ainsi les longues distances pour l’approvisionnement en eau, de permettre au bétail d’avoir lui aussi un accès à l’eau ce qui facilitait grandement le travail des villageois, de faciliter la scolarisation des enfants etc… Bref, le puits avait, pour résumer l’allocution du chef du village, transformer leur vie et considérablement facilité leurs tâches quotidiennes. Et il faut ajouter que les bienfaits évoqués ici ont tous été répétés par les habitants des différents villages et que, dans toutes les localités visités, le discours était le même. Toutes ces paroles sonnaient alors pour nous comme autant de rappels qui nous interpellaient sur la pertinence de la parole divine : « Ceux qui ont mécru, n’ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte ? Ensuite, Nous les avons séparé et fait de l’eau toute chose vivante. Ne croiront-ils donc pas ? » Coran, Sourate Al-Anbiya’ (Les prohètes) – Verset 30.

 

Les jours suivants, nous avons effectué plusieurs autres visites notamment auprès d’orphelins et d’associations de veuves. Lors de ces différentes visites, nous avons relevé le même constat. D’une part, la grande indigence dans laquelle ces populations vulnérables se trouvaient et d’autre part, le travail crucial et bénéfique opéré par le SI. Aux côtés des plus démunis, le SI effectue un travail d’aide, de soutien et d’assistance essentiel pour bon nombre de personnes, d’associations, et de familles. Au travers notamment de la prise en charge d’orphelins, d’assistance aux associations de veuves et de soutien aux orphelinats, nous pouvons affirmer que le SI est d’une très grande utilité pour tous ces habitants. La collaboration effectuée avec l’orphelinat ASE-Mali (Assistance et Secours aux Enfants) est à ce titre exemplaire : loin de toute logique d’assistanat, la collaboration avec le SI se fait dans le cadre d’un partenariat ciblée et d’une aide ponctuelle et régulière.  

Publié dans Actions humanitaires

Commenter cet article